affiche slow drown

Slow drown / Animation 03

Une jeune femme absorbée par le travail ne réalise pas qu’une inondation envahit sa maison…

Un court métrage réalisé par Louna Boutayeb
behance.net/lounaboutayeb
artstation.com/louna_boutayeb

Note d’intention

slow drown, louna boutayeb

Slow Drown est un court-métrage d’animation mettant en scène une jeune femme qui se retrouve dans l’urgence de terminer son travail.

Au travers de la métaphore de la fuite d’eau, je souhaite évoquer la place que peut prendre le stress ainsi que la négligence dont on peut faire preuve envers sa personne et son entourage au profit d’un travail bien fait… En tant qu’étudiante dans un domaine qui nécessite beaucoup d’investissement personnel, de temps et de passion, j’ai remarqué qu’il est très facile, inconsciemment, de mettre sa propre santé physique et mentale entre parenthèses dans le but de terminer un projet dans les temps, et de la meilleure manière qui soit. Dans ce cas, le stress devient omniprésent et insidieusement toxique, voire contre-productif, au lieu d’être positif et prolifique… Je souhaite aborder ce sujet de façon assez subtile et poétique. J’ai choisi de créer une sorte de mise en abyme, où la chambre, inondée par la fuite d’eau, représente en fait le subconscient de mon personnage, envahi par le stress…

Dans Slow Drown, je questionne donc le rapport au travail, notamment l’investissement émotionnel et physique, afin de faire réfléchir sur la toxicité du stress, que l’on a fréquemment tendance à occulter dans nos sociétés modernes au profit d’une efficacité absolue, et bien souvent au détriment de notre santé et de notre vie sociale.

Louna Boutayeb – Slow Drown – Dossier de présentation

Character design

Louise

La recherche du design de Louise, le personnage principal, était pour moi une étape cruciale du développement de mon court métrage dans sa globalité. Tout d’abord, même si ce n’était pas nécessaire, j’ai tenu à la nommer ; cela m’a permis de l’humaniser et d’avoir des idées beaucoup plus claires sur la façon dont j’allais forger son caractère et sa personnalité.

Ainsi, j’ai d’abord travaillé le caractère de Louise avant son aspect physique, puisque que je considère que sa personnalité influence directement son apparence. J’ai voulu que Louise soit un personnage très paradoxal : à la fois très maladroite, mal organisée, débordée, rêveuse, sensible, mais aussi passionnée et travailleuse, ce qui peut paraître un peu contradictoire, mais qui lui donne aussi toute sa singularité…

slow drown, louna boutayeb

slow drown, louna boutayeb

Le side-Kick, le chien

Il fallait que Louise ait de la compagnie, une aide extérieure qui lui permette de sortir de l’emprise que le stress a sur elle… Avec deux personnages, les choses deviennent automatiquement beaucoup plus simples à narrer : on a d’un côté le personnage principal, bloqué dans son conflit intérieur, et l’autre personnage, qui lui fait obstacle dans son objectif initial, mais qui a en réalité un rôle salvateur…

Dans mon film, le chien a ainsi vocation à avertir sa maîtresse du danger qu’elle encourt. Dans le sens profond du court-métrage, on pourrait dire qu’il est la représentation des proches de Louise, et qu’il essaie de l’avertir des dangers du surinvestissement dans le travail…

Les antagonistes…

Pour rendre mon film plus comique et aussi plus dramatique, j’ai décidé de personnifier les deux facteurs de stress principaux, le temps et le téléphone, et d’en faire des antagonistes.

Leur rôle est de faire en sorte que Louise termine son travail et fasse abstraction de son propre stress, symbolisé par la fuite d’eau. Ils participent donc de l’intensification du stress du personnage et mettent tout en œuvre pour qu’elle termine ce qu’elle a à faire, à l’inverse du chien, qui essaie d’avertir sa maîtresse de la gravité de la situation…

La chambre

J’avais besoin d’un décor qui serve davantage le sens caché de mon histoire, jusqu’à incarner un rôle à part entière. Puisque j’ai envie de dresser un certain parallèle entre le stress et la fuite d’eau, il a été absolument nécessaire pour moi de trouver une nouvelle façon de représenter l’espace, qui soit moins littérale, plus abstraite et poétique… Je pense notamment à l’utilisation de l’espace négatif, du contour des volumes ou bien de leur silhouette…
Mots clés : MINIMALISTE CHAMBRE SUGGÉRÉ DISCRET ABSTRAIT

slow drown, louna boutayeb

Direction artistique

J’ai privilégié un environnement minimaliste, filaire, où les objets sont immédiatement reconnaissables et bien placés sur chaque plan grâce au support 3D. J’ai tracé tous mes objets au crayon charbonneux, assez fin pour rester dans la subtilité. Pour ajouter de la hiérarchie à la composition, j’ai décidé de séparer les images en plusieurs plans (2 en général) et de simuler une sorte de profondeur de champ en réduisant l’opacité du second plan…

Sachant que mon décor n’allait pas être coloré… j’ai décidé de mettre la couleur sur mes personnages. Ainsi, j’ai choisi deux couleurs complémentaires, bleu et orange, déjà pour que mon film accroche l’œil davantage et que la lecture de la composition de chaque plan soit rendue encore plus simple, mais aussi pour renforcer l’opposition entre mes deux personnages.

Ainsi, Louise est habillée en bleu, pour rappeler la couleur de l’eau, symbole de son stress, à l’instar des autres éléments qui y sont aussi liés (eau, téléphone, horloge, travail, qui sont colorés de différentes nuances de bleu). Le chien quant à lui est orange, parce que je voulais le faire ressortir davantage, et aussi parce que ses motivations et son caractère sont totalement opposés à ceux de Louise….

L’affiche

affiche clow drown louna boutayeb

Et si vous souhaitez en savoir plus sur le projet, ne manquez pas le dossier de présentation : Louna Boutayeb – Slow Drown – Dossier de présentation

Le film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *